Evènements

Revente des produits dermo-cosmétiques sur Internet

février 1, 2013

Pierre Fabre Dermo-Cosmétique prend acte de la décision de la Cour d’appel de Paris, et se félicite que les avantages avérés de son réseau de distribution pour les consommateurs soient reconnus.

 
 
La Cour d’appel de Paris a demandé le 31 janvier 2013 aux Laboratoires Pierre Fabre Dermo-Cosmétique (PFDC) d’autoriser la revente en ligne de leurs produits par leurs distributeurs agréés. Dans le même temps, elle a pleinement reconnu le bien fondé, la validité et l’intérêt pour les consommateurs du réseau de distribution sélective de PFDC, en soulignant en particulier que la présence physique effective d’un diplômé en pharmacie sur le lieu de vente « permet d’offrir aux consommateurs un service de conseil personnalisé de qualité ». 

PFDC prend acte de cette décision et autorisera désormais la revente en ligne de ses produits par ses distributeurs agréés.

PFDC précise que la revente de ses produits sur internet se fera uniquement selon les principes d’agrément qu’il défend depuis toujours et qui ont été approuvés par la Cour d’appel de Paris :

  • Délivrance par PFDC d’un agrément internet spécifique au point de vente physique agréé ;
  • Accès permanent pour le consommateur à un conseil en ligne délivré par un diplômé en pharmacie ;
  • Présentation des produits PFDC dans un environnement internet qualitatif conforme à l’image et à la   technicité de ses produits. 

 

Ainsi, le critère de la présence physique d’un diplômé en pharmacie sera maintenu et adapté à la vente en ligne afin de garantir le meilleur degré de conseil aux consommateurs, en pleine conformité avec les prescriptions de la Cour d’appel de Paris.

Cet arrêt s’inscrit dans une procédure qui a débuté en 2006 lorsque le Conseil de la concurrence a demandé à l’ensemble des fabricants du secteur dermo-cosmétique d’ouvrir la vente sur Internet à leurs distributeurs agréés. PFDC est  alors demeurée la seule entreprise de son secteur à rester fidèle aux valeurs des professionnels de santé, et en tout premier lieu à la qualité du conseil au consommateur, en refusant d’accéder volontairement à cette demande du Conseil de la concurrence et en maintenant l’interdiction de revente de ses produits sur Internet. C’est ce refus qui a conduit au contentieux sur lequel la Cour d’appel de Paris vient de se prononcer.

Dans un contexte qui démontre chaque jour que les produits de santé ne sont pas des produits comme les autres, les Laboratoires Pierre Fabre Dermo-Cosmétique estiment que leur combat pour un accès sécurisé aux produits dermo-cosmétiques méritait d’être mené. A l’avenir, ils continueront à défendre le principe d’un conseil personnalisé délivré par un diplômé en pharmacie, répondant aux attentes d’efficacité et de sécurité des consommateurs, ce principe ayant été pleinement conforté par la décision de la Cour d’appel de Paris.