Innovation

Troisième vague de résultats positifs de phase III avec le lévomilnacipran chez les patients souffrant de troubles dépressifs majeurs

juin 26, 2012

Forest Laboratories, Inc. (NYSE: FRX) et Pierre Fabre Médicament ont annoncé les résultats positifs d'une nouvelle étude clinique de phase III du lévomilnacipran dans le traitement des troubles dépressifs majeurs (TDM) chez l'adulte. Pour rappel, le lévomilnacipran est une molécule issue de la recherche Pierre Fabre ; elle a été licenciée en 2008 à Forest Laboratories pour les Etats-Unis et le Canada ; Pierre Fabre en est le fournisseur du principe actif.

Au cours de cette nouvelle étude, le traitement par lévomilnacipran a réduit de manière significative les symptômes dépressifs chez les patients souffrant de TDM par rapport au placebo, selon les standards de l'échelle MADRS-CR (Montgomery-Asberg Depression Rating Scale - Clinician Rated). C'est la troisième étude de phase III positive avec le lévomilnacipran chez l'adulte souffrant de TDM. Des analyses complémentaires des données recueillies sont en cours. Les deux laboratoires envisagent de déposer une demande d'autorisation de mise sur le marché auprès de la FDA au troisième trimestre de l'année 2012.

Malgré les options de traitement disponibles, de nombreux patients souffrant de troubles dépressifs majeurs continuent de rechercher un traitement efficace. Cette troisième étude de phase III vient renforcer le potentiel du lévomilnacipran comme traitement efficace chez l'adulte souffrant de TDM », a déclaré le Dr Marco Taglietti, Senior vice-président Recherche & Développement et Président du Forest Research Institute.

Nous sommes confiants que les données d'efficacité et de tolérance provenant des trois études positives de phase III devraient nous permettre d'obtenir l'enregistrement du lévomilnacipran auprès de la FDA dans le traitement des TDM chez l'adulte. Nous allons travailler avec notre partenaire, Forest Laboratories, au dépôt du dossier auprès de la FDA au troisième trimestre 2012. Ces résultats confirment la pertinence de notre choix stratégique faisant de la neuropsychiatrie un axe majeur de la R&D Pierre Fabre dans le médicament" a déclaré Frédéric Duchesne, directeur général Médicament et Santé des Laboratoires Pierre Fabre.

À propos de cette étude de phase III

Il s'agit d'un essai randomisé en double aveugle, contrôlé contre placebo et à dose fixe évaluant l'efficacité, l'innocuité et la tolérance du lévomilnacipran par rapport au placebo chez des patients adultes souffrant de TDM. Après une semaine de pré-inclusion sous placebo en simple aveugle, 568 hommes et femmes âgés de 18 à 75 ans ont été randomisés pour recevoir 40 mg ou 80 mg de lévomilnacipran par jour ou un placebo pendant 8 semaines. S'en est suivie une période supplémentaire d'une semaine de réduction progressive de la posologie. Tous les patients participant à l'essai remplissaient les critères de TDM, tels que définis par la Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Quatrième édition, Révision du texte (DSM-IV-TR) et présentaient un score minimum de 26 sur l'échelle MADRS-CR. Le score initial moyen chez les participants était de 31 sur cette échelle.

La modification moyenne corrigée par rapport au placebo du score MADRS-CR total (critère d'efficacité principal) entre le début de l'étude et la fin de la semaine 8 a atteint : - 3,3 (p=0,0027) et - 3,14 (p=0,0043) pour les groupes ayant reçu respectivement 40 mg et 80 mg de lévomilnacipran. Le critère d'efficacité principal a été mesuré à l'aide d'une analyse MMRM (modèle mixte pour mesures répétées). Une amélioration statistiquement significative a également été observée sur l'échelle SDS (Sheehan Disability Scale), le principal critère d'efficacité secondaire prédéfini (différence corrigée versus placebo : - 1,83 (p=0,0459) et – 2,72 (p=0,0028) pour les groupes ayant reçu respectivement 40 mg et 80 mg de lévomilnacipran).

D'une manière générale, le lévomilnacipran a été bien toléré au cours de l'étude. 78,5 % des patients ont terminé l'étude. Les taux d'arrêt prématuré (toutes causes confondues, y compris pour événements indésirables) ont été de 17,2 %, 22,9 % et 24,5 % pour les groupes ayant reçu respectivement le placebo, le lévomilnacipran 40 mg et le lévomilnacipran 80 mg. Les événements indésirables les plus fréquents (= 10 % et deux fois plus que pour le placebo) observés dans les groupes lévomilnacipran ont été des nausées et de la sécheresse buccale.

A propos du lévomilnacipran

Le lévomilnacipran (1S, 2R-milnacipran), un énantiomère de milnacipran racémique, est protégé par un brevet portant sur la méthode d'utilisation jusqu'en juin 2023. Le lévomilnacipran possède in vitro un potentiel d'inhibition de la recapture supérieur pour la noradrénaline que pour la sérotonine, et ceci sans affecter la recapture de la dopamine ou d'autres neurotransmetteurs. Le lévomilnacipran est disponible sous forme à libération prolongée, administrée une fois par jour.

Ces résultats entrent dans le programme de développement clinique du lévomilnacipran, qui inclut déjà deux autres études de phase III ayant démontré une amélioration statistiquement significative par rapport au placebo. Dans une autre étude de Phase III, malgré une différence non statistiquement différente entre patients sous traitement et ceux sous placebo, le lévomilnacipran a démontré une amélioration relative vs placebo durant les essais. A la suite du succès global du programme de développement, les deux laboratoires se préparent à déposer une demande d'AMM pour le lévomilnacipran auprès de la FDA (U.S. Food and Drug Administration) au troisième trimestre 2012.

À propos des TDM

Les troubles dépressifs majeurs (TDM) sont une pathologie grave nécessitant un traitement approprié ; il touche plus de 15 millions d'adultes par an aux États-Unis, soit près de 7,3 % de la population adulte américaine. Les personnes souffrant de TDM peuvent présenter une combinaison de symptômes qui interfèrent avec leur capacité à travailler, dormir, étudier, manger et profiter d'activités auparavant agréables. Aux États-Unis, le coût de la dépression est d'environ 44 milliards de dollars par an. Parmi toutes les pathologies, les TDM constituent l'une des principales causes d'invalidité aux Etats-Unis. Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, la dépression pourrait devenir la deuxième cause d'incapacité d'ici 2020.