Innovation
Stratégie

Traitements contre le cancer : comment améliorer la qualité de vie ?

23 mai 2016

 

Image

 

Image

Chirurgie, radiothérapie, chimiothérapies ou thérapies ciblées, les progrès des traitements contre le cancer permettent une meilleure prise en charge de la maladie. Mais ces traitements entrainent aussi des effets indésirables qui touchent notamment la peau, les ongles ou le cuir chevelu. Spécialistes des soins de la peau, les Laboratoires dermatologiques Avène de Pierre Fabre Dermo-Cosmétique proposent des solutions permettant d’améliorer la qualité de vie des patients. 

Si les traitements contre le cancer sont avant tout synonymes d’espoir pour le patient et son entourage, ils sont aussi la cause d’effets secondaires souvent difficiles à vivre. Les manifestations dermatologiques sont notamment très fréquentes et affectent doublement la qualité de vie du patient. Si elles entrainent d’abord un inconfort, voire des douleurs cutanées, elles ont également des répercussions psychologiques compte tenu du caractère visible des symptômes. Dans certains cas, quand les affections cutanées s’aggravent, une modification ou une interruption du traitement s’imposent. Pour toutes ces raisons, il est essentiel de mieux connaître, maîtriser et prendre en charge ces effets indésirables.

Former, informer et accompagner

C’est dans cette optique que les Laboratoires dermatologiques Avène ont développé un programme de formation et d’information baptisé ONE SMILE (Onco Education & Skin side effectifs MInimized for Living Even better). Si l’objectif final est bien de redonner le sourire aux patients, ce programme, conçu en collaboration avec des onco-dermatologues de référence, a été développé pour décrire de manière didactique la variété de symptômes dermatologiques induits par les traitements oncologiques et donner les conseils pour en faciliter la prise en charge. « L’objectif du programme est d’aider le personnel médical, paramédical et officinal à accompagner les patients en cancérologie dans la réappropriation de leur estime de soi, explique Eric Ducournau, le directeur général de Pierre Fabre Dermo-Cosmétique. « One Smile s’adresse aussi directement aux patients en mettant à leur disposition sur un site internet* des conseils simples à suivre pour traiter les symptômes cutanés mais également se protéger du soleil ou appliquer un maquillage correcteur. »

Restaurer l’image de soi

En outre, parce que « se sentir bien dans sa peau » est rarement immédiat après une thérapie en oncologie, la station thermale d’Avène, dans l’Hérault, propose une cure thermale post-cancer de 3 semaines. L’objectif annoncé est de permettre aux curistes de retrouver un réel confort cutané et un état global de mieux-être. « Nous avons réalisé une étude clinique auprès de patientes ayant suivi un traitement pour un cancer du sein et se trouvant en phase de rémission » explique Nuria Pérez-Cullel, la directrice générale de la marque Eau thermale Avène. « Cette étude a confirmé l’efficacité de la cure thermale à Avène avec des résultats significatifs sur les effets cutanés induits par les traitements, comme la peau sèche ou les démangeaisons, mais aussi sur la qualité de vie des patientes et leur image corporelle. » Et Eric Ducournau de conclure : « Le plus beau témoignage que nous ayons reçu ? Celui de cette patiente qui nous a confié à la fin de son séjour à la station thermale : cette cure à Avène ne répare pas juste les cicatrices, elle répare bien plus. »

Faciliter le traitement avec la chimiothérapie orale

 

Image
En 2020, la moitié des traitements anti-cancéreux se fera sous forme orale. Si la chimiothérapie orale devient monnaie courante, il n’en était pas de même en 2001, lorsque les Laboratoires Pierre Fabre ont adapté leur traitement contre le cancer bronchique et le cancer du sein jusque-là disponible uniquement en intraveineuse. « À l’époque, c’était l’exception, et nous avons été de réels précurseurs en proposant notre chimiothérapie sous forme de gélules à prendre par voie orale » souligne Juliette Mouney, chef de produit au sein de Pierre Fabre Oncologie. Aujourd'hui, lorsque la chimiothérapie est disponible sous les deux formes – intraveineuse ou orale - le médecin peut choisir celle qui convient le mieux au patient. « Il y a des patients rassurés par l’environnement hospitalier quand d’autres préfèrent se soigner à la maison auprès de leurs proches.» Autant de situations cliniques que de patients, la mission de l’oncologue étant de proposer le traitement et la forme les mieux adaptés à chaque cas particulier.