Chimie verte

Pour une réduction de l’impact environnemental

chimie-verte-2.jpgNée au début des années 90, la chimie verte se donne pour but de concevoir des produits et des procédés chimiques permettant d’éliminer ou de réduire l’utilisation et la synthèse de substances potentiellement néfastes pour l’homme et pour l’environnement. Elle est définie par 12 principes que nous veillons à appliquer dans le développement et la mise en œuvre de nos procédés.

Son application à nos procédés

substances-naturelles2.jpg

Nous appliquons les principes de cette chimie « durable » pour toutes nos activités chimiques et les mettons en œuvre, dès que cela est possible, de la conception au procédé industriel final. Elle s’applique à l’étude de tous nos procédés : extraction végétale, hémisynthèse, purification des molécules, ou synthèse organique. Notre objectif est de supprimer ou de réduire, à la source, l’impact environnemental des procédés.

Par ailleurs, d’optimiser la démarche dans cette voie, nos équipes de Gaillac travaillent sur différentes innovations technologiques (culture cellulaire végétale, fluides supercritiques, intensification des procédés).

Notre politique pour le choix des solvants

Nous avons, par exemple, mis en place une politique pour le choix des solvants, permettant d’industrialiser des procédés à l’impact nul ou limité : le choix des solvants est ainsi guidé par les caractéristiques propres de ces derniers, mais aussi par notre capacité à pouvoir les recycler ou les revaloriser à leur sortie du procédé. En diminuant leur consommation, nous réalisons un gain environnemental et économique.