Communiqué de presse

L’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et Pierre Fabre Médicament (PFM) s’associent

10 novembre 2015

L’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et Pierre Fabre Médicament (PFM) s’associent pour étudier l’utilisation des puces à biocapteurs dans le développement clinique de nouveaux médicaments.

* L’EPFL est pionnière dans le développement de puces à biocapteurs implantables sous la peau et capables de suivre des indicateurs biologiques ;
* En testant ces nouvelles puces, PFM souhaite accélérer son processus de développement de nouvelles molécules 

 

Castres (France), 10 novembre 2015 – Pierre Fabre Médicament et l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne annoncent la mise en place d’une collaboration scientifique concernant l’utilisation de puces à biocapteurs mises au point par l’EPFL dans le cadre d’études cliniques menées par Pierre Fabre Médicament.
Les puces à biocapteurs développées par les chercheurs de l’EFPL sont capables de suivre les différentes constantes de l’organisme (pH, température, glycémie…) et de mesurer avec une précision accrue par rapport aux méthodes traditionnelles la concentration dans l’organisme d’un principe actif provenant d’un médicament administré. Les puces à biocapteurs présentent ainsi de nombreuses opportunités d’applications au cours d’un projet de développement d’une nouvelle molécule :

  • En phase précoce du développement de la molécule, les puces biocapteurs permettront de savoir plus rapidement s’il y a intérêt à poursuivre son étude, augmentant ainsi les chances de succès du projet
  • En phase de développement clinique, la mesure précise de la concentration des principes actifs administrés permettra d’analyser quasiment en temps réel l’effet thérapeutique et la tolérance du médicament.
  • Enfin, pour certaines pathologies ou dans le cas de traitements coûteux ou à faible marge thérapeutique, cette nouvelle technologie pourrait faciliter le suivi des traitements et de leur l’observance en phase de commercialisation du médicament.

La collaboration entre l’EPFL et les équipes R&D de Pierre Fabre Médicament a débuté par une étude de faisabilité technologique de l’utilisation des puces à biocapteurs dans le développement d’une molécule actuellement en phase II dans le traitement de la schizophrénie (F17464). Les principaux résultats de l’étude sont attendus au cours du 2nd trimestre 2016.

A travers cette collaboration originale avec l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, notre R&D prend résolument le virage des nouvelles technologies de l’information appliquées au développement du médicament. L’utilisation des puces à biocapteurs dans le cadre d’études cliniques est un projet pionnier dont la réussite
permettrait d’accélérer la mise à disposition de nouvelles molécules efficaces et sûres auprès des patients

Dr Laurent Audoly, Head of Recherche & Développement Pierre Fabre Médicament.

 


Connaître précisément et en temps réel l’effet des médicaments sur l’organisme est l’une des clefs de la médecine personnalisée et de précision que l’on espère pour demain. Les puces à biocapteurs apportent aux chercheurs de Pierre Fabre Médicament une solution unique au monde pour mesurer avec une grande fiabilité
les données indispensables à une meilleure connaissance des effets d’un candidat médicament

Dr Sandro Carrara, Maitre d’enseignement et de Recherche à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne.

 

 

Contact presse : 

Valérie ROUCOULES 
01 49 10 83 84

Contacter notre service presse