Sites et biodiversité

Conservatoire botanique et usine de Soual : une biodiversité riche

biodiversite-sites.jpg

Un diagnostic ornithologique et une analyse de la flore, des insectes et des habitats des sites du Conservatoire botanique Pierre Fabre et de l’usine de Soual ont été réalisés en 2010 et 2011. Cette étude a été menée conjointement par la Société Tarnaise de Sciences Naturelles et la Ligue de Protection des Oiseaux. 48 espèces d’oiseaux dont 40 nicheuses ont été recensées. 10 autres espèces sont potentiellement présentes. Parmi toutes ces espèces d’oiseaux, 31 bénéficient d’un statut de protection au niveau national. Concernant la flore et les habitats, plus de 220 espèces ont été identifiées. Suite à ce diagnostic, des nichoirs à oiseaux ont été installés.

Centre de recherche de Toulouse : recolonisation d’un ancien site dévasté

biodiversite-crdpf.jpg

 

En 2012, un inventaire de la flore et des insectes a aussi été réalisé sur le site de notre Centre de Recherche situé sur l'Oncopole de Toulouse. 74 espèces végétales et 12 espèces d’insectes ont été identifiées avec le soutien de la Société Tarnaise de Sciences Naturelles. Ces chiffres traduisent la recolonisation du site installé sur l’emplacement de l’ancienne usine AZF de Toulouse détruite par une explosion en 2011.

En 2013, une exposition photo de cette démarche a été réalisée sur le site pour sensibiliser les collaborateurs au respect de cette biodiversité qui les entoure au quotidien.

Terre d’avoine : la découverte d’une plante rare et menacée

biodiversite_nigelle.jpg

Lors de l’inventaire botanique* du site Terre d’avoine et des terrains agricoles qui l’entoure, plus d’une centaine d’espèces ont été recensées dont une espèce messicole* extrêmement rare en France et considérée comme disparue au début des années 1980, la nigelle de France (Nigella gallica – Ranunculaceae). Depuis lors, son existence a été de nouveau signalée dans le Sud-Ouest. Cette espèce menacée est protégée au niveau national. Elle ne prospère que sur les bordures des champs cultivés. Sa survie dépend d’une activité agricole respectueuse de l’environnement. Le choix du référentiel de l’agriculture biologique pour les cultures d’Avoine Rhealba®* a permis le développement de la nigelle de France et devrait permettre des conditions optimales pour sa survie dans le futur.

*Inventaire réalisé en partenariat avec la Société tarnaise de sciences naturelles.
*Messicole : du latin messis, moissons et colere, habiter, plante associée aux cultures et notamment présente dans les champs de céréales.
*Plante dont est issu l’actif des produits des laboratoires dermatologiques A-Derma. Ce choix de culture a été défini dans le cadre de notre démarche labellisée pour le développement responsable d’actifs végétaux, Botanical Expertise Pierre Fabre.

Agriculteur volontaire : participation à l’observatoire agricole de la biodiversité

aderma_terre_avoine.jpg

Nous participons volontairement en tant qu’agriculteur au protocole d’observation des pollinisateurs sauvages de l’Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) pour contribuer au suivi au niveau national d'un indicateur de la biodiversité. Pour ce faire, nous avons installé sur nos sites de Gaillac, Soual et Terre d’Avoine des nichoirs à abeilles solitaires. Le projet de l’OAB a démarré en 2009 pour mieux connaître la biodiversité ordinaire en milieu agricole et répondre à un manque avéré d’indicateurs de suivi de l’état de la biodiversité en milieu agricole pour qualifier le lien entre pratiques agricoles et biodiversité. La coordination scientifique de l’OAB, initiative du Ministère en charge de l’Agriculture, est confiée au Muséum national d’Histoire naturelle en partenariat avec l’Université de Rennes 1 et un laboratoire du CNRS, le LADYSS.