Centres de R&D dermo-cosmétique

Centre de Recherche et Développement Pierre Fabre

crdpf2.jpgMettre au point des actifs innovants

Intégrés au Centre de Recherche et de Développement Pierre Fabre à Toulouse - Oncopole, les laboratoires du pôle Recherche et Développement Actifs dermo-cosmétiques regroupent des chercheurs aux savoir-faire variés. Cette équipe a pour but d’identifier et mettre au point des actifs innovants puis de valider leur efficacité pour une utilisation en dermo-cosmétique. Ce service collabore entre autres avec l’Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et le CNRS, dans le cadre d’une Équipe Mixte de Recherche localisée à l’Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-Mer.

Centre de Recherche Pierre Fabre Dermo-Cosmétique

vigoulet.jpg150 nouvelles formules chaque année

Le Centre de Vigoulet-Auzil, près de Toulouse, et l'atelier pilote de Soual ont pour mission de développer, du laboratoire au stade industriel, les produits répondant aux attentes du marché dermo-cosmétique et de ses clients. Environ 150 formules répondant aux plus hautes exigences réglementaires et de sécurité y sont ainsi développées chaque année pour commercialisation.

Centre de Recherche sur la Peau

centre-recherche-peau.jpg900 études cliniques par an

Le centre de Recherche et Développement Clinique situé à l’Hôtel-Dieu St-Jacques à Toulouse a pour mission de comprendre la physiologie de la peau normale et les mécanismes biologiques, physico-chimiques et mécaniques impliqués dans les dérèglements cutanés.  Il comprend un Centre d’Investigations Cliniques où des techniques d’exploration cutanée sont mises au point et utilisées pour évaluer les phénomènes cliniques observés au cours des études ainsi qu’un service de Cosmétovigilance. Près de 900 études cliniques sont réalisées par an.

Laboratoire de l'Eau

laboratoire-de-leau.jpgEnrichir et partager la connaissance de l'eau

Le Laboratoire de l’Eau a été inauguré sur le site thermal d'Avène en 2008. Il a pour mission de contrôler la qualité de l’eau thermale d’Avène (bactériologie et physico-chimie), de contribuer à sa connaissance (de la géologie à l’activité pharmacologique de cette eau), et enfin de faire partager cette connaissance à un large public, que ce soit des spécialistes de la santé (pharmaciens, dermatologues), des curistes ou des scolaires.