Evènements

CHANGER DE REGARD SUR LES DERMATOSES VISIBLES

26 juillet 2022

Première étude épidémiologique internationale sur la prévalence et l’impact psycho-social des dermatoses chroniques visibles portant sur plus de 13000 personnes.

Les dermatoses comme l’eczéma, l’eczéma des mains, l’acné, le psoriasis, l’ichtyose, le vitiligo, la rosacée n’altèrent pas les fonctions vitales, mais peuvent affecter considérablement la qualité de vie, dans la sphère privée comme professionnelle.  

L’objectif de l’étude, organisée par le département de la Patient Centricity et nommée « Visible Diseases of the Skin (VDS) », était d’explorer les conséquences des maladies de la peau avec une atteinte du visage et des mains, c’est-à-dire les zones socialement visibles. 

Cette étude a mobilisé 13 138 participants adultes dans 6 pays (Canada, Chine, Italie, Espagne, Allemagne et France). Tous les participants ont été invités à remplir un questionnaire numérique structuré et consolidé avec les associations de patients impliquéesAssociation Française du Vitiligo, Association Ichtyose France, Association France Psoriasis, France3a – Association Française Acné enfants | adultesAssociation Française de l'Eczéma. 

Les résultats de cette étude ont été présentés lors d’une conférence de presse le 30 novembre 2021, en marge des Journées Dermatologiques de Paris, en présence des représentants d’associations de patients.

Les dermatoses visibles, un lourd fardeau aux répercussions importantes sur la qualité de vie des patients 

Il y a urgence d’agir pour ces patients qui se sentent délaissés face à leurs dermatoses visibles. Cette étude nous fait prendre conscience de l’épreuve que vivent ces personnes qui considèrent souvent que leur vie aurait été différente si elles n’étaient pas atteintes de dermatoses aux mains et au visage. Ainsi l’utilisation d’un smartphone ou d’un clavier d’ordinateur peut être difficile pour les personnes souffrant de dermatoses des mains.

Dr Markéta Saint Aroman
Directrice Médicale Patient Centricity au sein du groupe Pierre Fabre

Le handicap fonctionnel et esthétique ressenti par le patient entraîne des répercussions qui vont bien au-delà de la simple prise en charge de la maladie de peau. Un patient sur deux a déclaré souffrir depuis l’enfance d’une localisation sur le visage. De manière surprenante, l’atteinte des mains entraîne des conséquences importantes pour les patients, qui ne se limitent pas au handicap fonctionnel généralement évoqué

 

Retrouvez l’intégralité des résultats de cette étude 

Visionner la rétrospective de la conférence de presse