Innovation

Oncologie : les nouvelles thérapies contre les cancers

18 mars 2016

L’oncologie connait actuellement une révolution sans équivalent depuis l’apparition des premières chimiothérapies dans les années 60. Au cœur de cette révolution : les biothérapies ciblées et l’immuno-oncologie qui permettent de traiter des cancers face auxquels les oncologues étaient jusqu’ici dépourvus de réelles réponses thérapeutiques.

Voilà 3 décennies que Pierre Fabre fait de la cancérologie un domaine prioritaire de sa R&D pharmaceutique. Navelbine® et Javlor® ont été développés par les Laboratoires  Pierre Fabre en collaboration avec les équipes du CNRS. Tous deux sont des chimiothérapies dont le principe actif est extrait de la pervenche tropicale que le groupe cultive à Madagascar. Plus de 90% de leur revenu est généré hors de l’Hexagone par les équipes internationales de Pierre Fabre Oncologie présentes sur les 5 continents. Tout en poursuivant ses recherches sur les cytotoxiques d’origine naturelle, le groupe Pierre Fabre participe depuis 15 ans à la grande aventure des biothérapies ciblées qui sont en passe de  révolutionner la pris en charge des cancers. Son centre de recherche en immunologie, à Saint-Julien-en-Genevois, s’est fait une spécialité des anticorps monoclonaux qui sont capables de cibler les cellules cancéreuses et de les éradiquer sans les effets secondaires des chimiothérapies. En novembre dernier, le groupe Pierre Fabre a franchi un nouveau cap en signant un partenariat avec la biotech américaine Array BioPharma pour développer et commercialiser deux molécules de nouvelle génération dans les cancers de la peau, de l’ovaire et du colon-rectum. « Ce partenariat est emblématique de la stratégie d’open innovation et de partenariats stratégiques que nous avons renforcés depuis 2 ans pour enrichir notre pipeline de produits en développement » indique Frédéric Duchesne, le directeur général de la branche Pharmaceutique, qui ajoute que « l’oncologie et l’oncodermatologie sont des axes thérapeutiques de première importance pour notre groupe qui peut s’appuyer sur sa double compétence en oncologie et en dermatologie ».