Stratégie
Développement durable

Pierre Fabre : le « Made in France » à la conquête du monde

24 juillet 2019

Image


Depuis leur création à Castres en 1962, le groupe Pierre Fabre est toujours resté fidèle à son berceau du Sud-Ouest de la France. Le groupe pharmaceutique et dermo-cosmétique concentre la majorité de ses sites de recherche et de production le long d’une ligne virtuelle qui va de l’Hérault aux Pyrénées-Atlantiques en passant par Toulouse et sa région. Un ancrage régional que le groupe conjugue avec un fort développement international.

Pour beaucoup, le groupe Pierre Fabre évoque avant tout la douceur du Sud-Ouest... et plus précisément du Tarn. Il faut dire que depuis la création de l’entreprise en 1962 le lien viscéral ne s’est jamais distendu. Sur la cinquantaine de sites français que compte cet acteur mondial en santé et dermo-cosmétique, la moitié se situe dans ce département. Un ancrage à fort impact sur la vie économique locale. Avec près de 3 000 collaborateurs dans le département, le groupe est de loin le premier employeur du Tarn, et l’un des trois premiers employeurs privés d’Occitanie. Au cours des cinq dernières années, l’entreprise a investi près de 400 millions d’euros dans le grand Sud-Ouest. Dernières grandes réalisations en date : l’extension des usines dermo-cosmétiques ultra-modernes de Soual (Tarn) et d’Avène (Hérault), l’ouverture sur le campus de l’Oncopole de Toulouse d’un centre de recherche dédié à la cancérologie, à la dermatologie et au développement de nouveaux actifs en dermo-cosmétologie, ou encore le nouveau siège de la division santé grand public implanté dans le centre de Castres.

Fidèle à la volonté de son fondateur, le groupe Pierre Fabre cherche à mutualiser son développement avec celui de sa région d’implantation. Le groupe soutient de nombreux projets pour faire de Toulouse et sa région une place mondialement reconnue de la recherche contre le cancer. « Nous participons depuis le début à l’aventure visionnaire de l’Oncopole de Toulouse, bâti à l'endroit même de la catastrophe d' AZF survenue en 2001 et qui est devenu le premier campus dédié à la lutte contre le cancer en Europe », souligne Eric Ducournau, Directeur Général du groupe.
Pierre Fabre fut le premier à s’y installer en 2011. L’entreprise affirme ainsi sa volonté d’être un acteur mondialement reconnu en oncologie tout en concentrant tous ses efforts de R&D en France. Parallèlement, l’accent est mis sur la formation à travers l’accueil annuel de 150 jeunes en contrats d’apprentissage et des partenariats avec plusieurs centres universitaire régionaux : Toulouse Business School, École des Mines d’Albi, école d’ingénieurs ISIS de Castres et son Connected Health Lab dédié à la e-santé. Dernier point et non des moindres, l’investissement dans la culture et le sport avec le soutien à plusieurs musées (Goya à Castres, Dom Robert à Sorèze, Toulouse-Lautrec à Albi, les Abattoirs à Toulouse) et à de nombreuses associations sportives.

Un fort rayonnement à l'international

À l’heure des délocalisations, le chiffre le plus parlant reste celui de la production. « Plus de 90% des produits que nous commercialisons dans le monde sont fabriqués par nos huit usines implantées en France : dans le Tarn bien sûr, mais aussi à Pau, à Avène, à Cahors, dans le Gers et dans le Loiret », confirme Eric Ducournau. « Ce « Made in France » auquel nous sommes attachés, c’est autant un gage de qualité pour nos clients à travers le monde qu’une volonté revendiquée de contribuer au dynamisme économique de notre territoire d’origine ».

Pour autant, Pierre Fabre sait aussi franchir le pas des investissements internationaux quand il s’agit d’ouvrir de nouvelles filiales – le rythme a été soutenu ces dernières années : Corée du Sud, Chili, Afrique du Sud, Australie, Hong-Kong, Danemark, ... - ou encore de créer au Brésil un centre d’innovation en dermo-cosmétique pour le marché sud-américain. « Notre progression d’ensemble est tirée par l’international qui représente désormais 64% de notre activité globale », souligne Eric Ducournau. Depuis 2013, l'activité internationale du groupe progresse en effet de 5 à 6% par an. Pierre Fabre Dermo-Cosmétique occupe aujourd’hui le second rang sur le marché mondial de la dermo-cosmétique grâce notamment à son dynamisme sur le continent asiatique.